Triathlète-Attitude Vincennes : site officiel du club de triathlon de VINCENNES - clubeo

Tri-Do raconte... le meeting natation.

4 février 2016 - 22:27

Cette année nous ramenons non pas une mais TROIS équipes. L’équipe 2 est l’équipe originelle 2015 avec des rôles et états de forme légèrement différents.

 

La phase d'approche


Après un trajet sans encombre j’arrive dans la ville d’Ivry sur seine où aura lieu la compétition.

Je n’ai plus que 200m à faire d’après le GPS, on y arrive ! Soudain c’est le drame. Je me retrouve nez à nez avec une voiture dans une rue pas plus large qu’un bus. Aurais-je pris un sens unique ? C’est quoi ce GPS ??? Je recule énervé, impossible je viens de me faire klaxonner, une voiture est en panique derrière.

Manœuvre sur le trottoir, je laisse passer la grosse voiture qui n’aura pas fait grand-chose pour me faciliter la tâche. Archétype du gros con. Moi j’ai une berline à caisse basse et toi avec ton 4x4 blanc ça te dirait pas de bouger ton gros cul ? Tandis qu’il passe, le conducteur, vitre baissée, me regarde avec un sourire moqueur, il semble dire quelque chose : sûrement une vanne, j’ai également la vitre baissée et une grosse envie de l’envoyer balader me saisit, mais où mon pepper spray ? Durant 3 secondes, je ne reconnais ni sa voiture ni Krikou. Le gredin a osé se jouer de moi. Et c’est sûrement hilare qu’il continue son chemin en se repassant en boucle ma tête désabusée. Cela commence ainsi, et ça va être comme ça toute la journée pour moi : une vaste blague pas drôle.

Je me gare enfin non loin de la voiture blanche. Mes yeux fixent la carrosserie tandis que mes doigts serrent mes clés. Allez, je peux pas faire ça entre camarades et de toutes façons ma grosse tu vas tellement morfler dans l’eau que tu te puniras tout seul.
C’est donc en essayant de calmer mes palpitations cardiaques que j’arrive devant la piscine. Quelqu’un m’a laissé un message sur le tel et devinez qui sait ? « Bon on est déjà arrivé nous hahaha, on t’attend au bord de la piscine hahaha ». Ok ce mec a donc décidé de m’énerver… vraiment. Un coup de fil et il me crache enfin qu’ils m’attendent dehors non loin de là.

 

Les préparatifs


Affichant mon sourire le plus commercial, je fais semblant d’être de bonne humeur et fais la bise à mes confrères du club. Dans ma tête je m’imagine Krikou finir son 200m en agonie luttant pour maintenir sa tête hors de l’eau. Et c’est trop bon, moui c’est bon ça.
Adèle m’interpelle, elle a une petite mine et me regarde avec des yeux qui je sais pas… les mêmes yeux que je dois avoir quand je demande un truc embarrassant à ma femme. Du genre, « euh ce soir on pourrait pas faire autrement chérie ? Tu sais le truc que tu n’as jamais voulu faire… »
Bref je sens l’embrouille venir.

Et voilà comment en une poignée de secondes je passe d’un pépère 50m brasse à un 200m NL avec 2 autres énergumènes dans la même ligne d’eau. J’accepte sans hésitation car c’est juste une question de principe. Il faut aider les faibles. Et leur agrandir le cou en leur faisant un double tacle gorge lors d’un CR.

En fait c’est vite calculé, je nage plus vite qu’elle le 200m et je pense facilement dominer Benoit et… Krikou ???? Ohhhhhh mais l’heure de la revanche a sonné. Tu vas souffrir ma grosse tu vas souffrir.
La perspective de martyriser cette dinde charnue me fait oublier le fait que je me suis exclusivement préparer à la brasse depuis près d’1 mois et que je revendiquais ouvertement à moi-même un top 3 général dans la discipline. Tant pis, j’échange gloire contre vengeance volontiers. Oh oui ça va être bien.

Nous arrivons devant l’accueil, Jay nous annonce à un monsieur. Celui-ci en entendant « Vincennes » a une réaction qui ne me plait guère. Il a un moment de solitude interne très peu rassurant. Je crois qu’on aurait dit « Triathlète Attitude Saturne » qu’il aurait mieux réagi. Gros stress : nous ne sommes pas inscrits. Pas une trace des 15 compétiteurs que nous ramenons. Je n’en crois pas mes oreilles, mais ça s’enchaine là, c’est quoi ce scénario ? Notre président loin d’être perturbé arrange le tout. La compétition n’aura même pas commencé que nous aurons déjà tout chamboulé l’organisation.

Au moins tout le monde a l’air motivé et heureux d’être là, ça sent la bonne humeur. Mais cette démonstration de solidarité ne m’empêchera pas de commettre mon méfait.

 

Le combat


Nous voilà au bord du bassin. Il est petit par rapport à celui du Kremlin Bicêtre de l’année dernière. C’est à ce moment-là que je réalise qu’en m’alignant sur le 200m dans un bassin de 25 je vais avoir plein de virages à faire, pas trop mon fort.

 

Round 1 : le 400 NL


Contrairement à l’an dernier ce sont les vagues composées des nageurs les plus performants qui vont débuter chaque épreuve. Voilà donc le 400m et c’est notre meilleure équipe, « Vincennes 1 », qui aura l’honneur de nous montrer l’exemple. Pour cela ils font déjà appel à leur atout maîtresse : Marine. Et c’est encouragée par Jean-Marie (dsl pas pu m’en empêcher), Stéphane, Reg et Pierre ainsi que nous tous du club qu’elle s’élance. Egale à elle-même elle sort un non surprenant 5min 30 dans ses standards du moment. Certes en deçà de son glorieux passé mais tout à fait en phase avec sa forme actuelle. Quelle nage, quel style. Pour un amateur bedonnant comme moi, déjà du top niveau tout ça.

C’est rouge vif qu’elle sort de l’eau, signe qu’elle a mis tout ce qu’elle pouvait. Bravo.

La vague suivante est celle de l’équipe 2 dite « Vincennes 2 ». C’est ma team. Et c’est le prez Trijay qui va s’y coller. D’après les échanges que nous avons eu dernièrement il semblerait qu’il ait pas mal progressé en un laps de temps assez court. Son physique en tout cas ne trahit aucun dopage (sinon faudra te faire rembourser mec), voyons voir ces prétendus progrès. Le mois dernier le bonhomme valait encore autours de 7min10 sur 400 puis dernièrement il s’approchait des 6min50. Je demande donc à voir.

Dès le début de sa course quelque chose m’interpelle, il est beaucoup plus vivace qu’à l’accoutumé. Il fait un départ canon… à la Speedy ???? Il est au coude à coude avec son voisin de couloir, pas besoin de chrono pour voir qu’il est très certainement en sur-régime. Je suis inquiet. S’il explose au beau milieu ça va faire mal. Inexorablement il perd du terrain mais la cadence reste bonne, disons qu’il commence à gérer pas vraiment de signe alarmant. Mais quand même. Nous l’encourageons, le classement de la course est fait au 300m sauf baisse de régime soudaine. Ce qui n’arrivera pas. Jay touche en 2eme me semble t’il. Il arrive vers nous avec un grand sourire. 6min 30. Je suis abasourdi. Gagner 40 sec en l’espace d’un mois ? Je sais pas, même Armstrong en écoutant ça il éclate de rire quoi. L’envie de faire sembler d’aller au WC me prend, j’irais bien fracturer son casier et j’y trouverai certainement une pochette de sang. Je le félicite, mais la graine de la suspicion est plantée. Je m’occuperai de ton cas plus tard Jay, pour le moment j’essaye de profiter de la bonne ambiance.

L’équipe 3 rentre dans la danse. C’est leur première compétition à nos valeureux nouveaux. Ils sont venus pour se prendre des claques et apprendre, ils le savent et c’est bien pour ça qu’ils ont le sourire. C’est rafraichissant. Pas comme ces anciens qui me blasent…
Laurent a pris la responsabilité du 400. Je lui connais une bonne vivacité sur 50m mais je sais également qu’il manque de caisse sur 400. Toutefois après avoir vu Jay s’envoler, je m’attends à tout. Ils partagent peut-être la même pharmacie ?

Le départ de Laurent est hallucinant. J’ai trouvé mon maitre en la matière. C’est comme si le génie avait fait l’amour à la folie, ça a donné le départ de Laurent sur 400. C’est donc plein d’empathie que nous assistons au suicide de notre ami qui tour après tour creuse son trou. Sur ces 100 derniers mètres, j’ai même un pied sorti de la tongue. C’est pas possible, il va mourir devant nous tous. Il tient bien entendu le coup mais qu’est ce qu’il a pris cher. En tout cas il devrait être plus calme à présent !

Round 2 :  200m NL départ à trois


C’est l’épreuve la plus atypique. 3 gusses d’une même équipe dans une même ligne d’eau en train de se pouiller sur 200m.

Equipe 1. C’est Stéphane qui devrait emmener Pierre et Jean-Marie. On entend des cris aigues venir des tribunes, je distingue même des formes féminines se tirant les cheveux, en larme, déchirant leur tee-shirt et montrant leur… Nom de Zeus.... Hum… très certainement les groupies de Stéphane.
Bref, je me demande comment ils vont gérer. En fait c’est super simple : Stef écrasera littéralement la course, ses équipiers et même les spectateurs mâles écœurés. Une démonstration de force presque embarrassante pour ses compères réduit aux rôles de parachute. Il faut dire qu’il aurait fallu être très fort pour prendre la vague de Stef. Satisfait de lui-même (comme tous les soirs devant le miroir j’imagine) le jeune homme sort de l’eau en bandant… les muscles ! (Vous croyez quoi ??? Ya des mineurs qui lisent merde !!!).

Equipe 2. Ce gout dans ma bouche… c’est ton sang Krikou. Benoit me demande comment on gère. Je lui réponds de manière poli mais en gros ça devait sonner comme : « Au départ je vais vous écraser, essayez de me suivre puis remontez à mon niveau si vous pouvez et je vous achèverai de ma formidable accélération finale ».


Nous voilà donc dans l’eau. Krikou est resté assez silencieux jusque là. Le plus souvent barbotant dans le petit bassin de préparation de manière très suspecte. Ah oui le pauvre n’a pas sa combie vous comprenez… Le départ est lancé. Je fais une coulée et commence vigoureusement, le premier aller retour passe bien, je suis ni trop rapide comme l’année dernière ni bien-sûr trop lent faut pas déconner non plus. Mais un détail me gêne. Les 2 larons n’ont pas voulu me lâcher. Je suis perturbé. Comment se fait il que je n’arrive pas à les lacher, l’aller retour suivant euh le deuxième c’est ça ? J’essaye de mettre un coup de turbo mais non, ils ont décidé de me tenir tête. Nous nageons côte à côte ! C’est la patrouille de Vincennes !!! Et voilà que je décline, rien de surprenant car je sais que c’est pour mieux terminer mais ce qui est facheux c’est que du coup… je perds mon leadership ! Me voilà 3ième.


J’enchaine les virages tant bien que mal, cette longueur me fait mal mais j’essaye de ne pas perdre trop de terrain, nous y sommes c’est les derniers 50m, allez je reste dans leurs pieds et je les croque sur le final. Cette rébellion aura assez duré. Dernière coulée je me place entre les deux et accélère. Arrivé à mi bassin je casse tout et les dépasse sans qu’ils ne m’opposent une quelconque résistance, je touche le mur un bon bras avant eux. Ah ben voilà il était grand temps de vous soumettre, paysans ! Le temps s’arrête soudain, je vous décris 3 secondes qui resteront à jamais graver dans mon esprit. Et qui feront qu’un jour je pourrais dire à mes enfants : « Ce jour-là, Papa a été con. »


La seconde où je touche le mur je n’entends aucune réaction, il y a encore du mouvement de partout. Etrange, très étrange. Benoit s’est arrêté aussi le visage neutre comme interloqué. Mes yeux bridés ou plutôt mon œil gauche bridé m’indique que Krikou après un bref arrêt également est reparti. Tempête sous mon crâne. Grand Poseidon prince des mers, on a fait que 150m. Je me suis baisé tout seul. J’ai tout donné, tout. Benoit est déjà reparti. Durant 3 secondes, je me suis vu successivement : beau, con et enfin dans la plus grande des détresses.
 
Neurone 1 : C’est foutu, on est mort !
Neurone 2 : tain mais les gars on avait dit chacun son aller-retour, vous déconnez là !
Neurone 3 : Ben oui c’est ce qu’on a fait, tu crois quoi.
Neurone 1 : Va falloir qu’on recrute, on est pas assez nombreux pour aller jusqu’à 4…
 
C’est donc dans le désespoir le plus total que je me relance. Je n’ai plus de bras. J’y vais en amplitude les premiers 25m passent encore. Arrive le virage où je persiste à vouloir faire une culbute. Je sors un truc dégueulasse où j’ai l’impression de rester la tête par-dessus les fesses une éternité. Pourquoi ne pas avoir simplement fait un virage en poussant fort sur les jambes quitte à faire une coulée brasse pour économiser un peu d’énergie ? Pas assez lucide. Les derniers 25m sont atroces, à chaque mètre je me maudis. Je peine à rester dans la vague, je tente une accélération mais le cauchemar est devenu réalité : Benoit n’a pas réussi à reprendre Krikou qui s’impose. Rien qu’écrire ses lignes me donne envie de tout plaquer. Et à chaque fois c’est la même chose. Je retiens mes larmes, je tends le poing et déplie mes doigts un par un. Le regard dans le vide je compte. Un… deux… trois… trois… trois… trois…


Neurone 1 : C’est pas la peine d’insister chef on est en sous effectif.
Neurone 3 : Ouais mais trois, trois, trois… C’est dégueulasse j’ai l’impression de bosser plus que vous !


Au final nous aurons perdu 3 sec de moyenne, le temps qu’on se relance. Pas énorme pour des triathlètes habitués à nager en km. Mais ENORME dans une épreuve de sprint. Je m’en veux, je sors de l’eau confus et en miettes. Je cherche du réconfort. Marine qui est passé de rouge à blanc et qui a repris ses couleurs me regarde tendrement. Oh oui Marine, console moi. « Hey mais sérieux ? Tu sais pas compter ??? ». Achevez-moi.
J’ai induit mes équipiers en erreur en lançant le sprint trop tôt. Krikou qui a sorti un 3min18 aurait pu faire encore mieux. Je ne sais pas s’il est conscient mais au vu de son moral, son entrainement et son estime de soi du moment, c’est une performance majeure. Je suis content pour lui. RhAAAAAAAAAAAAA


Allez je me repose comme je peux, fatigué et déçu de moi-même mais bien décider à me rattraper par la suite.
Equipe 3 : Je suis encore dans les vapes au moment où notre équipe 3 se lance dans le 200m par 3. Je suis juste agréablement surpris par Lionel, le remplaçant de dernière minute qui fait un très joli taf. Et en fait, on n’a encore rien vu.


Round 3 : 50m brasse


Equipe 1 : c’est Reg qui va se lancer. J’ai été surpris de ce choix, car Reg il faut le dire ne sait pas nager la brasse. Il fait une sorte de ciseau de travers avec les jambes et brasse avec la tête à la verticale bref quand on le voit nager pépère la brasse, on se dit : Ouh mon pti père, va falloir bosser ça !
Top départ : Que.. quoi donc ? Dès les premiers mouvements ça ne fait pas l’ombre d’un doute. Reg est en train de tous les bouffer. C’est à 1000 lieux du conventionnel mais… bordel ça avance vite ! Oh j’aimerais pas être ceux de derrière en train de se demander comment juste il peut avancer avec ses mouvements venus d’ailleurs. Enfin bon on va pas faire la fine bouche, c’est une brasse et il fait une course superbe. Finalement cette équipe est aussi douée que surprenante.

Equipe 2 : Alors je vais vous demander d’aller sur Youtube et de taper « Agneau abattoir ». Et vous verrez Adèle se dirigeant vers le départ de sa course. Tu peux passer au travers de ta course, te noyer, crier à l’aide, faire une crise de larme si tu veux. Mais par pitié Adèle, vomis pas dans l’eau.
Finalement elle fera une course correcte, surtout pour une nana qui la veille a « bu à l’insu de son plein grès ». Passons.

Equipe 3 : C’est le baptême d’Aurélie ! Quel courage de sa part. J’ai vu Aurélie nager pour la 1ère fois en septembre. Depuis elle a fait des progrès énormes. Je l’ai vu nager la brasse 1 semaine avant et j’ai été très emballé. Le départ est donné, Aurélie se défend bien, elle est encore dans le coup au virage et ce n’est qu’à mi-chemin du retour qu’elle va perdre en puissance et se laisser distancée. Bon boulot !
Donc voilà, ainsi s’achève la 1ère série.
Heureusement que le prez est là pour sauver l’équipe, entre les branquignoles qui savent pas compter et ceux qui nagent le nez rouge, c’était pas gagné.


Round 4 : 100m dos


Equipe 1 : En tant qu’ancienne dossiste c’est tout naturellement que Marine se charge de la distance. Rien à dire, c’est propre, fluide même en me tripotant dans mes rêves j’arriverai jamais au quart de ce niveau. C’est vraiment une aubaine d’avoir une nageuse comme elle parmi nous. J’arrête la flagellation et passe à l’équipe 2.


Equipe 2 : Après le 400m Jay le poing sur la table avait annoncé la couleur. Il prend le départ auréolé du très prisé titre de Vainqueur de la dernière série en 100m crawl 2015. Quel soulagement qu’il ait accepté de s’y coller encore, sinon on était mal. Mais parlons de sa course à présent et pour cela je vais me muer en « Secrétaire passant la pommade sur son président » :
-         
M   Mon président fait une trop belle coulée au départ du dos laissant le bas peuple faire des bonds de crevettes foireux.
-        Mon président est malin il laisse les autres s’exciter au début et les rattrapent progressivement
-        Mon président est débrouillard voyant le mur encore loin il n’hésite pas à donner deux coups de bras en crawl pour s’en rapprocher… mais ? Mais ??? Il se dope et… il triche ???


Neurone 1,2,3 : Arrêtez chef, on va se faire virer !!!


Et donc éclatante victoire de Jay sur une course parfaitement gérée. On est tous regonflé à bloc.
 
Equipe 3 : Ces nouveaux de l’équipe 3 me plaisent bien, encore une course où ils donnent tout sans se poser de question.
 

Round 5 :  4 x 50m 4n relais


Allez les gars c’est les relais maintenant, et en commençant par la course Reine à mon sens, celle qui démontre si une équipe est complète ou non : le 4 x 50, 4 Nages.

Equipe 1 : Oh mais ces cris de vierges en chaleur c’est fatiguant à la fin ! Nan mais c’est bon quoi, on sait que Stéphane va débuter le relais, faut cesser maintenant !

Un relais solide, avec chacun tenant ses positions et Reg finissant le boulot pour une victoire nette et sans bavure. Bon Ok il semblerait que Pierre ait bu un peu la tasse sur Papillon vers la fin mais beau boulot où Stéphane dès le dos a donné un avantage, UN AVANTAAAAAAGE SIGNIFICATIF JE SUIS OBLIGE DE GUEULER CAR JE NE M’ENTENDS PLUS, JE N’AURAIS JAMAIS DÛ PRONONCER SON NOM !!! LES CULOTTES ET SOUTIFS VOLENT !!! Belle brasse de Jean-Marie mais il semblerait que le maitre brasseur de l’équipe soit bel et bien Reg.
 
Equipe 2. Oh bordel ne pas me louper… ne pas me louper… En plus cette année j’ai insisté pour prendre le dernier relais, double tranchant où on passe de héro à zéro sur un claquement de doigt.


Neurone 1 : Hey c’est moi qui compte !!!
Neurone 2,3 : Ta gueeeeeeeule.


Krikou dans la droite logique du 200m fait un 50 dos qui nous place en tête. Adèle c’est bientôt à toi, non non Adèle de l’autre coté… voilà. Tu sautes ou tu plonges ? Mais bordel lève toi Krikou arrive !!!
Par une sorte de miracle, elle résiste au retour des concurrents et c’est avec un retard infime que Benoit plonge pour son papillon… retard effacé au prix d’une belle coulée. Chapeau l’artiste ! Notre papillonneur officiel m’offre une avance que je juge confortable. Mais je n’ai pas été vigilant. Là-bas à l’autre bout du bassin, je n’ai pas vu dans le feu de l’action mais ils nous collaient. Heureusement que j’y suis allé de bon cœur mais si j’avais su à quel point c’était serré j’aurais sans doute mis un coup de collier supplémentaire sur la fin. J’aurais pu aussi sous le stress rater ma culbute. Mais bon c’est passé !


Equipe 3 : Sensationnel ! L’équipe 3 nous a réservé des bijoux à chaque relais ! Julien est remarquable en dos et offre à Aurélie un matelas de sécurité, dommage qu’elle manque de patate sur la fin, mais qu’importe il y a Laurent !!! Le frappa dingue ! Le mec sort la tête à peine de l’eau qu’il t’enchaîne 4 coups de bras qui font craindre le pire. Ouf il voulait juste revenir sur la tête de course, calme toi Laurent, calme tooooooi. Il arrive à maintenir une bonne allure mais ça revient fort derrière. Un des nageurs fait un 50 de toute beauté et vient de sortir son équipe du trou, il a repris une demi longueur à Laurent ! Mazette ça va donc se jouer entre Lionel et le crawler adverse.
On a vu Lionel sur 200 et j’ai été agréablement surpris. Il va y avoir bagarre. Il n’optimise pas bien sa sortie de plongeon, hésite un bref moment tout de même assez long pour se faire passer devant. Le concurrent a faim il met la pâtée. Pourtant Lionel résiste et arrive même à repasser devant à la sortie du virage. Vient alors un mano à mano, une bagarre au couteau comme on les aime !  Et à la fin… c’est l’équipe 3 qui gagne ! Sublime.

 

Round 6 : 5 x 50m NL relais


Il est à présent temps de finir avec une épreuve format boucherie : 5 x 50m NL deux fois. Open buffet.

Stéphane se présente au départ et je vais vous épargner les cris de fans. Par contre Krikou est encore dans le pti bassin et ça commence franchement à me dégoutter.


Equipe 1 : Pas l’ombre d’une chance pour la concurrence. Même si Reg finit « à reculons » (dixit lui-même) c’est encore une démonstration de la part de nos top guns.
Equipe 2 : « Oh mais qu’est ce que je fais là ? Qui êtes vous ? Pourquoi suis-je en maillot de bain ???? »
Hey les gars, Adèle vient de se réveiller, c’est bon on est prêt !
Un bon relais où on prend un léger ascendant après les 5 premiers 50m, puis comme un symbole, Adèle complètement réveillée creuse un écart abyssal (oui moi aussi j’ai eu du mal à y croire en regardant la vidéo) que Jay, Krikou et moi nous contentons de maintenir. Et il fallait bien ça car sur les 15 derniers mètres je n’avais plus rien à donner. Signe de notre force collective, nous dominons encore un relais. Clin d’œil à Benoit qui a fait du plongeon et des virages sa spécialité, il grignote à chaque fois ni vu ni connu sans effort. Smart.
 
Equipe 3 : Et là c’est l’apothéose. J’avais effectivement une crainte sur cette épreuve : qu’Aurélie sombre par manque de caisse. Et patatra c’est ce qui est arrivé, sur le 2ème 50m alors que les écarts étaient minimes, Aurélie disparait de la circulation au 30ième mètre. Au moins elle nous a montré qu’elle savait se sortir les tripes. Et c’est un écart gigantesque qui se creuse tout espoir est perdu, ils finiront certainement derniers de ce relais, mais ça n’a pas d’importance n’est ce pas ? Elle touche enfin le mur, bienvenu dans le monde de la compétition Aurélie.
Pourtant quand tout espoir semble les avoir quittés Lionel n’a pas dit son dernier mot. Il lui reste une cartouche et il compte bien s’en servir, d’autant plus qu’après c’est Laurent le taré. Le champion du monde du 15 mètres indoor.


Ils y croient tous les deux, plus que quiconque dans cette piscine. Lionel le couteau entre les dents se bat seul comme un diable et lance une folle remontée. Il arrive à maintenir l’écart et même mieux que ça, bien aidée par la concurrente défaillante qui doit reprendre son souffle au virage certes. Mais hey les gars c’est ça le boulot d’équipe. Lionel passe le relais à Laurent qui attendait tel un lion en cage. L’écart est encore important… en principe Laurent devrait au moins pouvoir remonter car il a mis une pilule à son vis-à-vis au 1er tour. Mais là l’écart + la fatigue… et ça se sent Laurent n’a pas la même fraicheur, il ne maltraite pas l’eau autant qu’à l’aller. On le voit dès le virage ça va se jouer à la touche. From hero to zero ? Et c’est bien le héros du jour. Au grand bonheur de ses coéquipiers il se tend et touche en premier signant LE retour de la compète. Cette équipe 3 est pleine de promesses. Regardez les comme ils sont heureux. Je vous avait dit de venir les gars !
 
Ainsi ce finissent les épreuves, Stéphane sort du bassin en envoyant des baisers à la foule en délire et nous voilà dehors, le sourire radieux, car c’est l’heure de la 3ième mi temps : un gros burger frites pour fêter ça. Krikou par pitié. Sors de ce bassin.
 

Bilan des courses


Bilan : une journée très positive pour le groupe. Première compétition de l’année qui lance parfaitement l’année. Dans ce monde individualiste qu’est le triathlon, une bonne épreuve collective ambiance « Coupe Davis » c’est vraiment le top.  


Bilan perso : Dommage que je me sois complètement foiré dans le 200m ; J’ai pêché par déficience intellectuelle et par excès d’orgueil également. Krikou c’est celui que j’ai rattrapé à Enghien, c’est celui à qui j’ai mis la pâté au XS d’Evry, je n’ai donc pas accepté le fait qu’il puisse seulement me coller durant la course. Enfin quand j’ai douté aux 175 mètres j’aurais mieux fait de me maintenir au niveau de mes compères pour en garder sous la pédale au cas où. Mais non, il a fallu que je m’entête à vouloir les doubler. Une leçon pour moi. Qu’importe de toute façon à présent je suis tourné vers les championnats du monde d’Enghien.

Commentaires

Triathlon du Chemin Des Dames - LA course club 25 jours
Kévin Beaulieu est devenu membre 3 mois
Fabien Elleboode est devenu membre 3 mois
Fred BULLOT a signé le livre d'or 4 mois
Ludovic le Roux est devenu membre 4 mois
Tri-Attitude Vin vient de remporter le trophée 100000 visites 4 mois
Ludwig ROSTUCHER est devenu membre 4 mois
Inscription Samedi 09/09/2017 à partir de 10h00 - Premier arrivé premier Servi Places Limitées 5 mois
Benoit Tabutin est devenu membre 6 mois
Ludovic G. 9 mois
Anne V. 12 mois
Les Foulées de Vincennes 12 mois
Kevin L. et 10 autres 1 an
Tri-Attitude Vin vient de remporter le trophée 20 membres 1 an
Marine Btd est devenu membre 1 an

Aucun événement